Carnet de voyage de l'Australie
 

Infos sur le pays

Au pays des kangourous,
Mauvaise surprise à l'aéroport de Christchurch, nous apprenons qu'il nous faut un visa pour toucher le sol australien. Un visa est necessaire pour tous les pays à l'exception de la Nouvelle Zélande. En cinq minutes nous l'obtenons, simple formalité. Nous arrivons à Sydney après trois heures de vol au départ de Christchuch. Nous arrivons à 17 heure, heure locale, nous récupérons 2 heures sur le décalage horaire. Nous nous rendons chez Hanka et Rado. Nous commençons notre visite de la ville par aller voir le batiment le plus connu de Sydney, son opéra. Nous traversons pour cela trois parcs, Hyde Park, The Domain, et le jardin botanique pour arriver à McQuaries Point d'où nous pouvons avoir un beau point de vue sur l'opéra (construction terminée en 1973)et le Harbour Bridge. Nous longeons la côte jusqu'à l'opéra et traversons George Street, une des grandes artères de la ville où se trouve le plus ancien batiment de la ville, "the Queens Victoria's Building" réhabilité en centre commercial. Le batiment est magnifique, à l'intérieur balustrades en fer forge et vitraux. Nous prenons ensuite la direction de Haymarket, de grandes halles où se vendent artisanat, vêtements, etc. Nous terminons la journee par une ballade dans Chinatown. En Australie comme en Nouvelle Zelande la population asiatique est très présente. Notre première impression de la ville est positive. Du fait qu'elle soit en bord de mer y contribue largement. Le soleil est avec nous et ça nous change de la Nouvelle Zélande, 10 degrés supplémentaires.

Sydney vue de l'avion

Sydney

l'Opéra

L'Opéra et Harbour Bridge

harbourg-bridge

victoria-building

Le lendemain, nous partons vers Darling Harbour. Nous visitons l'aquarium de la ville. Nous pénétrons dans un aquarium géant dans un tunnel vitré. A l'entrée du tunnel s'est collée un raie géante sur la vitre, elle nous présente son visage avec ses yeux et sa bouche presque humaine qu'elle ouvre et ferme. Elle fait presque peur avec son visage de monstre humain. Les requins sont aussi présents et certains sont vraiment impressionnants par la taille et la dentition. On a pas envie de les rencontrer sur notre chemin. Ils se déplacent dans l'aquarium dans un va et vient permanent. Plus loin, nous verrons les poissons exotiques qui peuplent la grande barrière de corail qui se situe sur la côte nord est du pays. Une fois sortis, nous prenons le monorail, un métro aérien perché à quelques mètres au dessus du sol à mi-hauteur des batiments. On descent à une station pour visiter le jardin chinois, un havre de paix, corridors extérieurs autour d'un lac, on oublie Sydney.

Crocodile

Requins

Requins

Le jardin chinois

Des fleurs de lotus dans le jardin chinois

Des indigènes jouant du digeridoo

Nous partons ensuite faire nos courses à Paddy's market où la presque totalité des vendeurs sont asiatiques. On achète des mangues, pas chères ici et on s'en délecte. Le jour suivant nous poursuivons notre visite de la ville, le quartier " The Rocks", partie côtière de la ville. Il s'agit du quartier le plus ancien, bâtisses en pierres ou briques rouges. On emprunte le Harbour Bridge pour passer de l'autre côté de la baie et voir Sydney d'en face. 30 minutes de marche pour atteindre l'autre rive et passer dans le quartier Millibilly, bien moins agité et qui bénéficie dune belle vue de la city (le coeur de la ville).
Après avoir fait le tour de la ville, nous prenons l'avion pour Melbourne dans l'état du New South Whales. Une petite heure de vol. A l'aéroport nous louons une voiture pour faire la Great Ocean Road, la route qui longe la côte entre Torquay et Allansford, moins de 300km. Premier arrêt à Bells Beach, point de raliement des surfeurs. Les vagues n'ont pas l'air d'être au rendez-vous. On continue direction Anglesea où les kangourous occupent une partie du terrain de golf à l'interieur de la ville (Noble Street). Ils sont en assez grand nombre et se prélassent au soleil. Ils se laissent approcher à 3 mètres environ. C'est très fréquent de trouver sur la route des panneaux signalant la présence de kangourous dans une zone et la surprise de les croiser sur la route. Il n'est pas rare qu'ils soient tués par des voitures la nuit en voulant traverser les routes. Nous prenons des photos et reprenons la route pour s'arrêter à nouveau au phare d'Aireys Inlet. Plus loin nous nous arrêtons à Lorne pour voir les chutes Erskine peu impresionnantes puis à Kennet River où dans Grey River Road on peut rencontrer des koalas perchés en haut d'eucalyptus. Notre zoom n'est pas assez puissant pour faire une belle photo. On essaye désespérement d'attirer l'attention d'un koalas pour qu'il descende un peu de son perchoir mais il nous ignore royalement. Rien à faire des deux humains qui s'agitent en bas. On cueille une petit branche d'eucalyptus qu'on commence à agiter. Enfin il nous regarde mais à nouveau nous ignore. Tout à coup on entend une espèce de rugissement. Marek s'approche de l'endroit d'où cela semble provenir et là on découvre un gros koala plus à vue d'oeil celui-la. Enfin on arrive à prendre une photo.

Kangourous à Anglasea

Koala

Satisfait nous partons pour Appolo Bay où nous passons la nuit. Au petit matin nous reprenons la route pour sortir de la Great Ocean Road et se rendre un peu plus dans les terres et visiter la Parc National d'Otway plus précisement sur un terrain privé pour faire "The Otway Fly Tree Top Walk". Il existe seulement trois parcs de ce genre au monde, tous en Australie, où sur des structures métalliques entre 25 et 47m au dessus du sol on se ballade entre les arbres, parfois à la hauteur des cimes. Comme les arbres, la structure en acier vacille avec le vent. Nous passons une petit heure à se promener entre les arbres. Nous reprenons la route, halte à Lavers Hill où se trouve une boulangerie référencée dans les guides touristiques.
The Otway Fly Tree Top Walk
Nous regagnons la Great Ocean Road. Entre Prince Town et Port Campbell, nous nous arrêtons voir les "Twelves Apostoles", 12 morceaux de falaises qui ont résisté à l'érosion et qui se dressent au dessus de la mer. Les mouches sont en grand nombre et se collent sur nous. Tout le monde agité ses mains dans l'air et semble agacé. Plus loin nous nous arrêtons à Loch Ard Gorge, une gorge nommée ainsi après que le Loch Ard ait echoué en 1778 à cet endroit. Sur cette partie de la Great Ocean Road, beaucoup de bateau se sont échoué sur les côtes en raison de fort courants. Entre Port Campbell et Petersbourough nous nous arrêtons pour voir le London Bridge, un morceau de falaise s'avancant sur la mer et creuse à sa base, d'où le nom de pont, mais une partie s'est effondrée et le pont est dorénavant détaché de la falaise. Autre site visité, la Grotte (The Grotto), la mer et le vent car la falaise est très poreuse et friables, ont réussi à creuser à l'intérieur des terres pour y former une espèce de grotte.

Les 12 Apostoles

London Bridge

The Grotto

Vers 17h, nous prenons la direction de Melbourne en empruntant cette fois-ci l'autoroute, pause à Colac, les mouches sont toujours là, pour y arriver vers 23h. Nous prolongeons notre séjour en Australie en reculant la date de départ, initiallement prévue le 6 janvier, au 10 janvier. Nous nous balladons toute la journée, l'esprit de ville est différent. Sydney est en bord de mer et lui rend un côté plus agréable. A Melbourne, comme à Sydney, les bâtiment historiques de l'ère coloniale anglaise cotoient les bâtiments modernes. Ce pays ne possède que 150 ans d'histoire.

Melbourne

Melbourne

Coucher de soleil à Melbourne

Nous reprenons l'avion pour Sydney et sommes ravis d'avoir retardé notre départ, 10 jours pour un pays comme l'Australie c'est une aiguille dans une botte de foin mais nous avons eu un bref aperçu favorable et cela nous donne envie d'y revenir et d'y rester beaucoup plus longtemps. Le lendemain, le soleil est toujours là mais plus supportable qu'à Melbourne avec un temps caniculaire (37 degrés) et un vent à vous cuire le visage. Avec Rado, qui a une journée de repos, nous prenons le ferry pour Manly Beach, dans la baie, une des plages de Sydney. La plage est noir de monde. Nous nous installons à un endroit où la baignade est interdite car réservé aux surfeurs. Moins de bronzés au mètre carré, on peut s'étendre. Dans la soirée, nous rejoingons Hanka sur son lieu de travail et dînons ensuite dans un restaurant tchèque. Hanka est tchèque et Rado slovaque.
Les deux jours suivant, nous partons avec tout un groupe de tchécoslovaques (14), je suis la seule française et les deux langues slaves s'imposent largement, pour Canberra, la capitale, et faire un trekking dans le Parc Naturel de Kosciuzsko. Nous louons deux voitures. A Canberra, nous visitons le nouveau parlement. Les deux chambres du parlement et du sénat sont identiques à celles de Londres, les traditions britanniques perdurent. Devant l'ancien parlement se tient un campement de protestation des indigènes suite à la mort d'un enfant tué par un policier lors d'une manifestation. Nous partons ensuite faire le tour des ambassades, en voiture, qui se trouvent toutes regroupées dans un quartier résidentiel. L'ambassade américaine est surveillée de très prêt, service de sécurité. Les architectures sont réprésentatives des pays pour la plus par. Celle de Papouasie Nouvelle Guinée ressemble à une hutte d'indigènes. L'ambassade de Chine est très belle. Tout le groupe s'arrête devant l'ambassade tchèque pour une photo de groupe. Très vite, l'ambassadeur apparaît en short et T-shirt, il nous dit que Canberra est une ville décontractée. Sa femme sort ensuite nous servir du vin blanc servi dans des verres en cristal de bohème. Le vin australien mais produit par un tchèque. Ils nous invitent autour de la piscine mais nous poursuivons notre tour des ambassades pour terminer par celle de Slovaquie. Photo de groupe à nouveau. Nous nous rendons ensuite au sommet de la Telsta Tower, une autre tour de télécommunication pour voir Canberra d'en haut. La nuit est tombée. Canberra est une toute petite capitale qui connait peu d'agitation. La ville s'étend en surface, le pays est tellement grand! Nous dînons ensuite tous ensemble dans un restaurant.

Le nouveau Parlement australien

Campement de protestation des indigènes

Le lendemain (14 janvier, j'ai 32 ans), nous prenons la direction du Parc National Kosciuzsko à plus de trois heures de route de Canberra. Nous partons pour un tekking de 20km dans le parc montagneux. Chacun se disperse à son rythme avant de retrouver au sommet du mont Kosciuzsko. Le vent souffle très fort, 100km/h. Nous arrivons au terme de notre parcours après 5h30 de marche, fatigués et les genoux douloureux. Les funiculaires que nous sommes sensés prendre pour descendre au village ne sont plus en service après 17h. La pente est raide et tout le monde se plaint des genoux. Il y a plusieurs sentiers d'une heure environ pour descendre au village mais personne n'est assez courageux pour le faire. Nous dévalons la pente droit devant nous en courant. Nous avons gagné 30mn sur les sentiers et tout le monde est extenué.
Parc National Kosciuzsko
Cinq heures de route nous attendent pour arriver à Sydney, nous y arrivons à 2h30 du matin. La nuit a été courte. Nous disons au revoir à Hanka et Rado avant de prendre l'avion pour Singapour.